Selon Symantec, les PME françaises sont mal préparées aux risques - Actualités CSO Actualités

Selon Symantec, les PME françaises sont mal préparées aux risques

le 05/10/2009, par reseaux-telecoms.net, Actualités, 374 mots

D'après une étude réalisée par Symantec, 67% des PME françaises sont satisfaites de leur préparation en cas d'arrêt de leur système d'information, alors que seulement 24% ont préparé un PRA. Les clients de ces PME estiment qu'une défaillance de leur fournisseur leur coûterait en moyenne 81 500 euros par jour. Symantec vient de publier les résultats de l'étude mondiale menée auprès de 1650 décisionnaires de PME (de 10 à 499 employés) et de leurs clients, sur 28 pays, dont la France. Menée entre août et septembre 2009, cette étude montre un faible degré de préparation aux risques technologiques liés à un arrêt brutal de leur activité. Un degré de confiance anormalement élevé Alors que seulement 24% des personnes interrogées en France ont affirmé avoir un PRA (plan de reprise d'activités), 67% sont plutôt satisfaites ou très satisfaites de leur protection face aux risques d'arrêt brutal. Un chiffre qui cache néanmoins un début de prise de conscience : 65% prévoient d'adopter un PRA d'ici 6 mois à un an. Parmi les principales causes de défaillance, les entreprises interrogées ont cité la panne d'électricité à 50%, une action accidentelle d'un employé à 47% et une attaque de leur système informatique par une menace Internet, pour 35% d'entre eux. Alors même que seulement 24% des PME ont un PRA, les procédures d'exploitation telles que programmes de sauvegarde des données, sont également perfectibles. En effet, seulement 12% des PME françaises effectuent des back-up quotidiens, 18% en réalisent au moins un par semaine et 29% des personnes interrogées citent un vague « plusieurs fois par mois. » D'autre part, 65% des PME françaises expliquent qu'elles sauvegardent moins de 60% des informations concernant leur propre activité et celle de leurs clients. Des clients conscients des coûts et des risques L'étude de Symantec a également porté sur les clients des entreprises interrogées qui, eux, font confiance à leur partenaire mais ont une conscience aigue des conséquences économiques liées à un arrêt d'activité. En France, ils estiment qu'une journée d'arrêt de leur prestataire leur coûterait 81 500 dollars. S'ils font confiance à leur partenaire commercial, 47% d'entre eux n'hésiteraient pas à en changer s'ils considéraient que leur système informatique n'était pas fiable. 80% de ces mêmes clients pensent qu'au moins 60% de leurs informations sont sauvegardées de façon régulière, quotidiennement pour 53% d'entre eux. Il existe donc une forte différence entre ce que pensent les clients et la réalité chez leurs fournisseurs.

T-Mobile authentifie de manière forte 15000 employés via leur mobile

L'opérateur mobile T-Mobile authentifie 15 000 collaborateurs via leurs téléphones mobiles. Les employés de T-Mobile

le 05/02/2013, par Jean Pierre Blettner, 341 mots

La cybercriminalité va faire l'objet d'un énième rapport du ministère...

Le ministère de l'intérieur entend mieux piloter la lutte contre la cybercriminalité. Le ministre de l'intérieur Manu

le 30/01/2013, par Jean Pierre Blettner, 222 mots

Mega déjà mis en cause pour violation de propriété intellectuelle

Le site de stockage et de partage de fichiers Mega a supprimé du contenu violant la propriété intellectuelle le

le 30/01/2013, par Véronique Arène et IDG News Service, 832 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Joël Mollo

VP Europe du sud de SkyHigh

« Nous créons un nouveau marché autour de la sécurité du cloud »